Denise Laferrière


Mon blog
  

10 décembre 2009 -- Mes nouvelles responsabilités au sein du Conseil!!

Suite aux différentes nominations au Conseil du 17 novembre 2009, je suis très satisfaite de ne plus occuper la présidence du comité consultatif d'urbanisme; en effet, j'ai indiqué à Monsieur le Maire que je préférais être en appui à ma collègue, Patsy Bouthillette qui occupera dorénavant ce poste parce que, plus souvent qu'autrement, des projets majeurs au centre-ville se retrouvent à la table du CCU et la présidence se doit de refléter le point de vue de l'administration laissant peu de place à la dissidence lors de la recommandation aux membres du Conseil.

J'ai également demandé au maire de me retirer de ce comité après deux ans pour avoir les coudées franches lors de mes interventions au Conseil lorsque des projets immobiliers structurants seront présentés afin d'en faire une évaluation politique bien personnelle plutôt que par le filtre d'une recommandation du CCU. De même, j'aurai transmis mon expertise à la nouvelle présidente qui pourra s'adjoindre du sang neuf pour les deux dernières années du présent mandat.

Je suis heureuse que Monsieur Bureau m'ait reconfirmé dans mon rôle au comité exécutif car celui-ci me permet un accès hebdomadaire à la fonction publique municipale ce qui peut être très utile dans le cheminement du dossier de développement du Centre-Ville.

Particulièrement, en 2010, le début de la mise en œuvre du programme de revitalisation doit être surveillé de près avec les rues Montcalm et Champlain où on doit remplacer l'aqueduc et les égouts (séparation de l'égout pluvial du sanitaire). Il sera aussi question d'une étude complète de l'offre du stationnement partout dans la grande ville afin de régler, une fois pour toutes, cette problématique récurrente depuis la venue d'édifices fédéraux dans les années 70.

Toujours à propos du comité exécutif, je considère qu'il est plus équilibré maintenant car non seulement nous avons toujours un représentant de l'est de la ville en l'occurrence Monsieur Luc Montreuil mais nous avons aussi un représentant du secteur Aylmer en la personne de Monsieur Alain Riel sans oublier celui qui provient du secteur Gatineau soit Monsieur Denis Tassé et moi-même, pour le secteur de Hull. On se rappellera qu'entre 2005 et 2009 aucun représentant du secteur d'Aylmer ne siégeait à l'exécutif ce qui a créé de la grogne parmi les élus de ce secteur, notamment auprès de MM. Frank Therrien et André Laframboise qui n'acceptaient tout simplement pas d'être absent de ce lieu de pouvoir.

Ma nomination à la présidence de la commission Gatineau, ville en santé est certainement une marque de confiance et de prestige de la part du maire car celle-ci regroupe tous les décideurs autour d'une même table afin d'améliorer la qualité de vie de la population. Il me faudra gérer plusieurs attentes de la part des organismes communautaires qui ont travaillé à la politique de développement social qui a été adoptée peu avant l'élection de l'automne dernier mais sans budget pour sa mise en œuvre de même que ceux qui siègent au comité d'accessibilité universelle qui, eux aussi piaffent d'impatience pour rendre nos édifices accessibles. Aussi, je dois participer à un projet-pilote qui permettrait à la ville de règlementer via le zonage la présence de restaurants associés à la malbouffe. Ce dossier devrait évoluer assez rapidement au cours de 2010. À suivre…

Je suis contente de continuer à travailler au dossier des Aînés comme participante à la commission des Aînés et de la Famille car à mesure que notre population vieillit, nous devrons trouver le moyen de maintenir nos aînés dans leur milieu le plus longtemps possible et ce, tout en leur offrant les moyens de se déplacer et d'avoir des loisirs pour faciliter leur maintien à domicile en santé. De même, ma participation au comité de coordination des clubs de l'Âge d'Or de Hull me réjouit car j'aime être en présence de ces personnes qui démontrent beaucoup de sagesse et de sérénité.

Je siégerai à partir de maintenant à la Conférence Régionale des Élus de l'Outaouais. Avant de devenir conseillère municipale, j'avais représenté le collège électoral " femmes " au conseil régional de l'Outaouais qui est l'ancêtre de la CRÉO. À la fin des années 90, cette entité créée par le gouvernement du Québec regroupait au-delà d'une cinquantaine de représentants autour d'une même table et on peut dire qu'à ce moment-là, on avait beaucoup de difficulté à fonctionner car la gouvernance participative était de mise mais sans argent à distribuer.

Aujourd'hui, la CRÉO jouit d'un conseil d'administration plus équilibré avec des représentants de chacune des MRC du territoire de l'Outaouais avec deux représentants du milieu de l'éducation, un de la santé, un du ministère des Affaires Municipales, un représentant des partenaires du marché du travail et un représentant de la société civile de même qu'un représentant de Loisirs Sport Outaouais. De plus, le système d'entente spécifique entre la région et plusieurs ministères rend l'exercice intéressant car il permet une certaine déconcentration des décisions du gouvernement provincial à l'échelle régionale. La ville de Gatineau avec quatre représentants peut certes y exercer un leadership car elle représente à elle seule 78 % de la population de l'Outaouais . Bref, j'anticipe avec beaucoup de plaisir mon travail au sein de la CRÉO d'autant plus que je connais déjà plusieurs de ses membres.

Une autre nomination qui me fait sourire, c'est celle de Patrice Martin et moi-même à Tourisme Outaouais. C'est un secret de Polichinelle que j'ai été très critique, par le passé, des retombées pour la ville de Gatineau par rapport à ce qu'elle y investit. Je m'engage donc à travailler avec les membres de Tourisme Outaouais afin que nous retirions de justes bénéfices des investissements reliés à cette activité d'autant plus que le maire a mis dans son programme électoral un projet touristique appelé " Destination Gatineau " qui mettrait en valeur les attraits de son centre-ville!

Je continuerai à représenter Gatineau au sein de la Société de développement du film et de la télévision d'Ottawa-Gatineau bien que son avenir soit fragile comme outil de développement économique et culturel pour notre communauté francophone québécoise au sein d'une entité majoritairement anglophone soit la Commission de la Capitale Nationale et la ville d'Ottawa qui subventionnent également celle-ci. Les prochaines semaines seront critiques pour la suite des choses car la localisation de la Société pourrait se retrouver du côté d'Ottawa rendant ainsi le rôle de la ville de Gatineau très minime.

J'ai eu un petit pincement au cœur en apprenant que je ne siègerais plus à l'Office Municipal de l'Habitation car j'avais un intérêt marqué pour l'amélioration des édifices appartenant à l'OMH car plusieurs résidences sont situées dans le district de Hull-Val-Tétreau et cette population grandement défavorisée a besoin que l'on prenne sa part pour la défendre. Un autre dossier pour lequel j'avais aussi beaucoup d'attachement est le dossier de développement économique CLD-Gatineau car j'ai appris à connaître plusieurs de ses membres et à les apprécier pour leur contribution à l'avancement de notre ville. Il faut beaucoup de caractère pour devenir entrepreneur dans une ville où la sécurité d'emploi représente une objectif facile à atteindre pour plusieurs. Bref, j'ai beaucoup d'admiration pour ces gens d'affaires qui risquent souvent tous leurs biens pour une idée à laquelle ils croient et donnent du travail à des gens afin de réaliser leur rêve et créent de la richesse par le fait même.

Écrire vos commentaires à Denise sur mes nouvelles responsabilités au sein du Conseil!"



15 novembre 2009 -- Gagner une élection, c'est l'affaire de toute une équipe!!

Cliquez sur les photos pour lire les
réflexions sur ce qui fait le succès d'un centre-ville.

La journée du premier novembre dernier a été fertile en émotions et c'est grâce à ma famille et à mes amis et amies bénévoles que j'ai réussi à décrocher un nouveau mandat.

Cela fait maintenant plusieurs élections que nous travaillons ensemble et j'ai totalement confiance dans leur savoir-faire pour m'aider à atteindre mes objectifs soit de représenter les citoyens et citoyennes du district de Hull-Val-Tétreau à la table du Conseil.

Assise en commençant par la gauche, ma fille Rachel, mon fils Benoît, mon gendre, François et mon mari, Jean-Marcel. Il ne manquait que mon aînée qui vient de donner naissance à Béatrice, ma deuxième petite-fille… Ma famille constitue le noyau dur sur lequel je m'appuie, peu importe le résultat du vote. J'ai aussi pu compter sur Élaine, Johanne, mon agente officielle et Suzanne pour la réalisation de mes pancartes électorales.

À l'arrière, Philippe, mon releveur de listes et conducteur; Claire, Diane, Marie-Andrée et Louis ont participé activement à l'analyse de la revue de presse et à la rédaction de mon dépliant électoral sans parler de leur aide au moment du dépouillement du scrutin.

Je dois mentionner également Denis, celui qui est derrière la caméra pour le développement de mon site web de même que Francine et Gérard qui ont téléphoné aux citoyens afin de les inciter à voter pour moi. Enfin, merci également à Michel qui m'a accompagné dans mon porte-à-porte. Je m'en voudrais de ne pas mentionner la contribution de Gaston et Joseph qui m'ont aidé à monter les pancartes et à les démanteler après l'élection, cette opération exigeant des habiletés manuelles évidentes de même qu'un camion pour les transporter vu leurs grandes dimensions.

Merci aux gens qui m'ont offert spontanément leur aide sans que j'aie besoin de leur demander : André, James, Jean-Pierre et Jean-Guy. C'est le plus beau cadeau que vous pouviez m'offrir!

À toutes ces personnes qui m'ont épaulée pendant cette campagne, merci d'avoir cru en moi. Je vous suis reconnaissante pour le talent et l'énergie que vous avez mis dans le projet de ma réélection et c'est grâce à votre esprit d'équipe que je me retrouve à nouveau conseillère municipale. Merci du fond du cœur.

Écrire vos commentaires à Denise sur "Gagner une élection, c'est l'affaire de toute une équipe!"



1 novembre 2009 -- Discours d'acceptation suite à ma victoire du 1er novembre 2009!

Chères citoyennes, chers citoyens du district de Hull-Val-Tétreau,

C'est avec une grande satisfaction mais aussi avec beaucoup d'humilité que j'accepte le verdict de la population que j'aurai l'honneur de représenter au cours des quatre prochaines années. Celle-ci m'a accordé sans équivoque sa confiance pour un troisième mandat d'affilée et je la remercie de tout cœur pour ce privilège de représenter leurs intérêts à la table du Conseil. Je ne ménagerai aucun effort pour être à la hauteur des aspirations de mes commettants et me montrer digne de leur appui.

Comme élue municipale, je m'engage auprès de mes collègues et auprès du maire à faire de Gatineau et de son centre-ville un endroit à nul autre pareil pour y établir sa famille, pour y travailler dans un cadre enchanteur, pour s'y divertir par le biais du sport, du plein air ou par une offre variée de manifestations culturelles. Gatineau doit s'affirmer comme la porte d'entrée de l'Amérique française tout en accentuant son ouverture face à la diversité culturelle, signe de son dynamisme et de son attractivité.

Notre situation géopolitique exceptionnelle fait de Gatineau un laboratoire social où la participation citoyenne trouve un terreau fécond; déjà, au début du XXième siècle, les allumettières déclenchaient une grève pour améliorer leurs conditions de travail et ce furent les premiers pas de la CSN… Puis, au début des années 70, lors des expropriations pour faire place aux édifices gouvernementaux, la population crée un organisme communautaire " Là, je m'en va pu "qui au fil du temps est devenu Logemen' occupe ".

La ville de Gatineau doit être fière de ce riche passé d'implication citoyenne et y puiser des idées pour y bâtir une cité où chacun pose sa pierre et contribue au développement harmonieux de chacun de ses citoyens quelles que soient ses capacités, où chacun y trouve sa place et donne le meilleur de lui-même au profit de la société à laquelle il appartient.

Parlant d'engagement, je tiens à remercier les membres de ma famille pour leur soutien indéfectible dans l'accomplissement quotidien de mon travail et en particulier au cours de la présente campagne électorale. Merci de tout cœur.

Merci à tous les électeurs, aux candidats, au personnel électoral pour avoir permis cet exercice démocratique essentiel.

Enfin, merci à mon équipe de bénévoles, mon agente officielle pour le temps qu'ils et elles ont consacré pour toutes les étapes de cette campagne électorale qui s'achève aujourd'hui. Vous êtes les meilleurs.

Félicitations à mes collègues, nouveaux ou anciens avec qui j'aurai la chance de travailler Pour le mieux-être de notre ville.

Au plaisir de discuter avec tous et chacun au cours des quatre prochaines années!

Écrire vos commentaires à Denise sur le discours d'acceptation suite à ma victoire!



6 octobre 2009 -- La campagne électorale dans Hull-Val-Tétreau est déjà bien amorcée

Chers concitoyens, chères concitoyennes,

Vendredi, le 2 octobre dernier à 16 h marquait la fin de la période de mise en candidature aux postes de conseillers et conseillères municipales ainsi que ceux qui se présentent à la mairie.

Déjà, nous savons que deux personnes ont été élues par acclamation n'ayant eu aucun opposant. Il s'agit de Luc Angers dans le district des Promenades et de Patsy Bouthillette, dans le district Carrefour de l'Hôpital.

Dans le district que je représente actuellement, j'ai deux prétendants au poste de conseiller municipal de Hull-Val-Tétreau.

Contrairement à ceux-ci, j'habite le quartier depuis 23 ans et j'ai participé à la bonne marche de plusieurs organismes qui ont pignon sur rue dans le quartier; qu'il s'agisse du Gîte-Ami ou de la Maison de la Famille sise sur la rue St-Jacques, j'ai contribué au fil des ans à façonner ce district afin d'en améliorer la qualité de vie.

Je vous invite à prendre connaissance de mon dépliant électoral afin de mesurer les actions qui ont déjà été entreprises et celles qui restent à mettre en place afin de faire de notre quartier, un lieu accueillant pour les familles, les aînés, les jeunes étudiants et où il fait bon vivre, travailler, se ressourcer dans la nature toute proche et célébrer notre culture.

N'hésitez à me contacter afin d'offrir vos services à titre de bénévole ou pour contribuer monétairement à ma campagne. Vous pouvez me joindre au (819) 778-0998.

Au plaisir de vous rencontrer lors de mon porte-à-porte!

Denise Laferrière

If you want to read election flyer, click here

Écrire vos commentaires à Denise sur la campagne électorale dans Hull-Val-Tétreau!



8 septembre 2009 -- Réflexions sur ce qui fait le succès d'un centre-ville.

Cliquez sur les photos pour lire les
réflexions sur ce qui fait le succès d'un centre-ville.

Au printemps 2009, j'ai profité de l'occasion de ma participation à un colloque portant sur la façon de rendre les villes plus viables à Portland, Oregon pour m'arrêter pour une journée à Vancouver et une autre journée à Seattle, Washington. Mon but était de m'imprégner de l'atmosphère de grandes villes et de voir comment leur centre-ville marie, à la fois, le patrimoine et les édifices en hauteur. Je désirais voir aussi des exemples de places publiques réussies et examiner les moyens de transport utilisés par les résidants pour leurs déplacements.

Je vous invite à me suivre dans mes réflexions sur ce qui fait le succès d'un centre-ville en cliquant ici.

Écrire vos commentaires à Denise sur ses réflexions sur ce qui fait le succès d'un centre-ville!



10 août 2009 -- Le projet-pilote BIXI

Le projet-pilote BIXI en collaboration avec la ville d'Ottawa et la CCN permet à la ville de Gatineau de s'inscrire dans le courant des grandes villes comme Paris et Montréal qui ont développé le concept de vélo en libre-service pour réduire les gaz à effet de serre et favoriser en même temps la santé par l'exercice.

Le projet-pilote consiste en 50 bicyclettes réparties dans quatre points de service :

Deux stations à Gatineau
  1. Une station devant la Maison du Citoyen près du Musée canadien des civilisations au coin des rues Laurier et Victoria
  2. Une station dans le Vieux-Hull au coin de Laval et Promenade du Portage
Deux stations à Ottawa
  1. Une station sur le trottoir près du Centre National des Arts (Elgin et l'allée Lawrence Freiman) près du côté ouest du sentier récréatif du canal Rideau
  2. Une station au marché By, rue York et Promenade Sussex
Coûts :
  1. Frais d'accès pour une période de 24 heures : 3.00 $
  2. Première tranche de 30 minutes : gratuites
  3. Deuxième tranche de 30 minutes : 1.50 $
  4. Troisième tranche de 30 minutes : 3.00 $
  5. Quatrième tranche de 30 minutes et suivantes : 6.00 $
Exemple : location 1 heure de vélo = 4,50 $

(frais d'accès 24 h) 3,00 $ + deuxième tranche de 30 minutes :
1,50 $ = 4,50$ / 1 heure

  1. 1h = 4,50 $
  2. 2h = 13,50 $
  3. 3h = 25,50 $
  4. 4h = 37,50 $

Tous les prix incluent les taxes. On comprendra qu'il est avantageux de faire de courtes distances afin de ne jamais dépasser les 30 minutes. Théoriquement, sur une période de 24 h, on peut faire plusieurs déplacements qui n'excèdent pas la demi-heure au coût de 3,00 $ par jour.

Le projet a débuté en juin et se terminera le 22 septembre lors de la journée " En ville sans ma voiture ". Si l'expérience est concluante, nous pourrons étendre ce service en augmentant le nombre de stations et en permettant aux personnes intéressées de s'abonner.

Pour obtenir de plus amples informations, les usagers peuvent appeler sans frais au 1-877-820-2453 ou consulter le site www.ottawa-gatineau.BIXI.com

Rappelons que BIXI qui a été conçu par Michel Dallaire, un désigner réputé de Montréal et fils de Jean Dallaire, peintre natif de Hull fait partie des 50 innovations technologiques de l'année 2008. Le vélo est fabriqué en aluminium, donc très léger et il possède un panier à l'avant, des lumières " DEL " pour se déplacer de façon sécuritaire, une sonnette, trois vitesses et évidemment des freins. Le siège a la particularité de s'adapter à la grandeur de l'utilisateur. Il ne manque que le casque de vélo!

Ce projet fait suite à la décision du Conseil de la ville de Gatineau d'utiliser les montants amassés pour chaque questionnaire rempli par les usagers d'Hydro-Québec sur le Diagnostic résidentiel MIEUX CONSOMMER afin de mettre en place avec la ville d'Ottawa et la CCN ce service. Comme notre région est fortement imprégnée de la culture du vélo, nous trouvions tout naturel de mettre l'accent sur cet aspect.

Écrire vos commentaires à Denise sur le projet-pilote BIXI !



1 juin 2009 -- Chez Henri : des leçons à tirer pour l'avenir

Le Chez Henri est le seul édifice patrimonial cité par la ville de Gatineau en 2003, qui plus est, celui-ci s'inscrit dans un site du patrimoine des rues Kent-Aubry-Laval. Ce n'est pas tant l'originalité du bâtiment mais sa localisation qui en fait tout le charme.

Tout d'abord, c'est l'harmonie qui se dégage de la ruelle Aubry avec de chaque côté, un édifice qui est le miroir de l'autre et qui respecte les proportions des volumes soit une tourelle, de part et d'autre de la ruelle telle une sentinelle pour le promeneur qui s'y engage. Les deux maisons sont de style Queen-Anne.

Deuxièmement, c'est la vocation passée du lieu qui rappelle un écho du passé de l'ex-ville de Hull au moment où le Chez Henri faisait face à l'ancien Palais de Justice depuis nombre d'années disparu. En effet, à cette époque, les juges et avocats se retrouvaient à cet endroit afin de faire bonne chère autant dans le boire et le manger sans compter que des demoiselles de petite vertu avaient la tâche de divertir ces messieurs entre deux sessions de la Cour.

Enfin, ce fut un club de nuit réputé où tous les jeunes tant du côté québécois qu'ontarien ont fréquenté pour sa classe et son art de vivre. Inutile de dire combien ces souvenirs sont émotifs pour toutes ces personnes qui ont connu à un moment où l'autre des gens qui ont fait la fête avec eux à cet endroit…

Depuis plus de vingt ans, Chez Henri était devenu une honte pour le milieu du patrimoine faute d'avoir été entretenu et occupé. Il faut dire qu'une saga juridique qui a duré plus de dix ans l'avait laissé " dans les limbes " car impossible de déterminer qui en était responsable. Il faisait pitié à voir avec son auvent tout déchiré, ses fenêtres et portes placardées et où seuls les sans-abri ou les pigeons s'y aventuraient à leurs risques et périls. Bref, si la ville n'avait rien fait, peut-être que le Chez Henri serait-il toujours debout mais dans quel état et pour combien de temps avant qu'il ne rende les armes… Déjà en 2006, nous sommions le propriétaire de solidifier la structure qui démontrait des signes de faiblesse (des pierres commençaient déjà à se détacher) tant et si bien qu'un filet fut installé afin de parer au plus pressé et éviter qu'un passant reçoive une brique sur la tête. De mise en demeure en délais pour passer en cour, toujours est-il qu'en 2008, le propriétaire nous propose de le restaurer moyennant un remboursement de taxes réparti sur quelques années. Le promoteur avance le chiffre de cinq millions pour y prévoir la rénovation et l'agrandissement d'une section du côté nord.

En juin 2008, tous les intéressés y compris la conseillère municipale, l'entrepreneur en construction, l'architecte, le service d'urbanisme et la direction du centre de services se rencontrent pour définir les grandes lignes de la restauration. Jamais, à ce moment-là a-t-il été question de détruire la toiture, le mur du côté nord. Tout au plus, nous nous étions entendus pour ouvrir le mur qui donne sur la rue Kent afin de faciliter la solidification des murs et l'intégrité du bâtiment.

Puis, en avril 2009, un premier permis partiel de dégarnissage est émis par le service d'urbanisme. Jusque là, toute l'opération semblait une réussite. Là où les procédures normales de l'émission d'un permis sont suffisantes lorsqu'il s'agit d'un édifice non-cité, Dans le cas du Chez Henri, le manque de suivi des inspecteurs municipaux sur le chantier lui ont été fatales.

Ce que nous devons retenir pour que ce genre de problématique ne puisse se répéter dans l'avenir c'est l'utilisation d'un inspecteur sur le site au moment crucial du dégarnissage afin de respecter les plans préétablis par l'architecte. Autrement dit, si on découvre des conditions différentes que celles auxquelles on s'attendait, il faut arrêter le chantier et s'entendre sur les étapes suivantes. Au besoin, faire appel à des spécialistes de la restauration pour nous conseiller et pas uniquement sur le professionnel embauché par le promoteur pour ce faire. Il faut aussi exiger plus de rigueur sur les méthodes.

Dans ce cas-ci, nous savons que tous les éléments architecturaux en pierre ou autre qui caractérisent le Chez Henri ont été détachés de l'édifice, numérotés et entreposés jusqu'au moment où l'entrepreneur sera à l'étape de la restauration. Cependant, en prenant un bélier mécanique pour détruire le troisième et le quatrième étage du côté de la ruelle Aubry de même que la toiture, nous ne pouvons être à 100% sûr que la brique ou certaines fenêtres ne valaient pas la peine d'être conservées. Nous ne pouvons que nous fier aux dires du promoteur.

En utilisant la méthode forte de destruction, la ville se prive de développer ses compétences quant à la faisabilité ou non de restaurer un édifice du patrimoine alors que si nous utilisions plus de précautions, nos artisans pourraient certainement développer des façons de construire qui s'apparentent aux techniques du passé.

Enfin, je soumets aux lecteurs que puisque c'est une année électorale, il n'était nullement dans mon propre intérêt qu'un tel gâchis se produise et soulève les passions comme ce fut le cas et que c'est justement parce que j'ai à cœur le patrimoine que je me suis efforcée d'aller de l'avant avec le projet de restauration du Chez Henri malgré les risques inhérents à une première expérience de ce type pour la nouvelle ville de Gatineau. Je vous demande encore de la patience dans ce dossier car je crois sincèrement que malgré notre inexpérience, le résultat final vaudra le coup d'œil et qu'il contribuera à faire de la place Aubry un lieu intime et chaleureux tel qu'il l'a été dans le passé et qui, je l'espère, se poursuivra encore pour notre descendance.

Écrire vos commentaires à Denise sur Chez Henri : des leçons à tirer pour l'avenir!



24 avril 2009 -- Des travaux de réfection sur le pont Alexandra

Cliquez sur les photos pour en
voir un agrandissement.

Des travaux de réfection de l'ordre de 55 millions de dollars sont prévus sur le pont Alexandra à partir avril 2009 et s'échelonneront sur une période de trois ans. Le pont aussi appelé Interprovincial relie la Promenade Sussex à Ottawa au boulevard des Allumettières à Gatineau. Cette structure a été désignée par la Société canadienne de génie civil comme un lieu historique national de génie civil Le pont appartient au Gouvernement du Canada et est entretenu par Travaux Publics et Services Gouvernementaux Canada (TPSGC).

15000 véhicules y circulent tous les jours ce qui représente 10% de la circulation sur les ponts interprovinciaux. 1300 cyclistes et 2000 piétons l'empruntent également chaque jour.

La dernière réfection majeure remonte à 1975 où toutes les aires du tablier du pont ont été remplacées. En 1995, le pont a été repeint. Le contrat a été attribué à la firme Pomerleau en février dernier.

Voici le détail de la réfection et les séquences selon lesquelles elles seront réalisées :

-renforcer et améliorer le pilier et la structure d'acier et augmenter leur capacité en cas de séisme. Les travaux se feront d'avril à novembre 2009 et l'impact sera mineur au plan de la circulation car ils auront lieu durant la nuit mais les résidants qui habitent à proximité pourront être dérangés par le bruit d'instruments à percussion qui doivent faire des trous dans la structure de béton afin d'y insérer des morceaux de métal pour le solidifier en cas de tremblement de terre.

D'avril à juillet 2010, on remplacera le tablier en béton de la voie centrale (direction Ottawa). Ceci implique la fermeture complète de la voie centrale pendant plus ou moins 17 semaines. La circulation sera en direction d'Ottawa sauf pendant les heures de pointe entre 14h et 19 h les jours de semaines où pour le retour à la maison l'unique voie sera en direction de Gatineau.

-Installer une passerelle d'inspection ainsi qu'un mécanisme d'amortissement pour atténuer la vibration de la structure à l'automne 2010.

-remplacer le trottoir de bois et les garde-corps an printemps 2011.

En 2005, un comité formé de plusieurs services de la ville de Gatineau, d'Ottawa, de la STO, OC Transpo, la CCN, la GRC et la firme de génie-conseil Tecsult de même que le comité de sentiers récréatifs de vélos, le comité consultatif sur les piétons, le MTQ ont participé à un groupe de travail afin d'assurer la réalisation sécuritaire des travaux projetés et de minimiser les impacts sur la circulation et la population. Comme élue municipale représentant le district de Hull, j'ai participé à plusieurs rencontres avec Travaux Publics et Services Gouvernementaux Canada. Plusieurs scénarios y ont été analysés et les résultats de ces consultations se retrouvent aujourd'hui dans le devis de réalisation du contrat de réfection.

Écrire vos commentaires à Denise sur des travaux de réfection sur le pont Alexandra!



31 mars 2009 -- Le printemps

Depuis quelques jours, on sent que le printemps gagne du terrain sur l'hiver; il ne reste que quelques petits tas de neige sale qui deviennent des flaques d'eau en un rien de temps. Des tourbillons de poussière virevoltent aux coins des rues soufflant au passage les feuilles brunes et les sacs de plastique qui s'amoncellent au pied des arbustes.

Nous sommes bien entre les deux saisons : un hiver qui n'a peut-être pas dit son dernier mot et un printemps timide qui n'ose pas encore s'affirmer avec les crocus, jonquilles qui sortiront bientôt du sol pour fleurir sous nos yeux. Et puis, c'est le moment où on doit calculer les impôts à payer au palier provincial et fédéral d'ici la fin avril alors qu'on aurait seulement le goût de rester à l'extérieur, de flâner et regarder au ciel les outardes qui reviennent du sud.

C'est le moment aussi où pour la nième fois on entend les européens s'opposer à la chasse aux phoques sur la banquise dans l'estuaire du St-Laurent alors que les madelinots s'entêtent à continuer car ils savent que les phoques mangent tout le poisson qu'ils voudraient attraper dans leur filet l'été venu.

Au printemps lors de la fonte des neiges, on découvre les " cadeaux " laissés par nos amis à quatre pattes dont le maître a négligé ses devoirs de bon citoyen qui doit nettoyer toute trace de la présence de l'animal, même en hiver…

Aux nouvelles, on ne nous parle que de guerre ou de sport, ce qui est souvent du pareil au même: en effet, le terme " éliminatoires " peut indistinctement se dire pour éliminer une équipe de hockey que pour faire disparaître un peuple.

Heureusement, la sève monte des racines et redonne vie aux arbres ces jours-ci et chez nous, cela veut dire se sucrer le bec avec les produits de l'érable. Pour moi, la tire d'érable me rappelle les beaux jours de mon enfance et j'ai toujours beaucoup de plaisir à en déguster à la cabane à sucre d'autant plus que cette période correspond au temps du Carême où, en principe, les croyants font pénitence en attendant Pâques.

Les saisons rythment la vie et le printemps, lorsqu'il est doux et ensoleillé comme maintenant, me donne envie d'espérer que demain sera meilleur qu'aujourd'hui. Bon printemps.

Écrire vos commentaires à Denise sur le printemps!



10 mars 2009 -- Photo de la délégation de la ville de Gatineau aux 44e Jeux du Québec

Cliquez sur les photos pour en
voir un agrandissement.

Voici une photo de la délégation de la ville de Gatineau aux 44e Jeux du Québec qui ont lieu à Ste-Thérèse, Blainville et Rosemère. Nous avons passé la journée là-bas pour nous familiariser avec l'organisation des jeux chez nous à l'été 2010. Plusieurs élus et fonctionnaires étaient présents : la direction des loisirs, de l'informatique, des finances, des communications, des travaux publics de même que les directions des centres de services du secteur Hull et du secteur Gatineau ont fait le voyage avec nous. Bien sûr, des représentants de la Société de Transport de l'Outaouais ont fourni l'autobus maquillé aux couleurs des Jeux 2010 de même que le chauffeur pour nous conduire sur les lieux et nous ramener chez nous.

De gauche à droite, première rangée : Claude Millette, élu municipal de l'Orée-du-Parc, Denise Laferrière, élue du district de Hull, Estelle Desfossés, Monsieur Picard, d.g. de Tourisme Outaouais et président de la Corporation des Jeux du Québec Gatineau 2010, M. le Maire, Marc Bureau, Patrice Martin, président de la STO et Joseph De Sylva, élu municipal du district du Versant.

Aurèle Desjardins, Pierre Philion et Simon Racine complétaient la liste des élus présents. (crédit photo : Sylvain Marier)

Écrire vos commentaires à Denise sur la photo de la délégation de la ville de Gatineau aux 44e Jeux du Québec?



1 mars 2009 -- Françoise Lavoie

Françoise Lavoie nous a quittés il y a quelques jours à la suite d'une longue maladie. Elle avait 78 ans. C'était une femme d'exception. D'exception, car dans un monde où l'on exacerbe l'individualisme, Françoise s'est consacrée à la communauté; dans un monde où le doute est la norme, Françoise croyait dur comme fer à la force de transformation de l'amour ; dans un monde où les gens n'ont plus de repères, Françoise présentait le sacré, la spiritualité comme une façon de donner un sens profond à la vie, à sa vie.

C'était une femme de conviction. Je me rappelle avec quelle intelligence, elle défendait son point de vue concernant la place des femmes dans l'Église et surtout au sujet de l'ordination des femmes. Comme religieuse, elle trouvait très humiliant de devoir se contenter de jouer les seconds violons auprès des prêtres célébrants, mais comme elle avait fait vœu d'obéissance, elle se mettait à rêver au jour où l'Église manquerait de prêtres et où les religieuses pourraient prendre leur place. D'ailleurs, elle a continué à promouvoir le féminisme même après que ce concept ait perdu des plumes et soit plus ou moins relégué aux oubliettes.

Elle a travaillé une quinzaine d'années dans le projet Lambert auprès des familles appauvries et surtout auprès des immigrantes. Françoise a été un formidable modèle pour plusieurs d'entre elles, car même si celles-ci provenaient de pays où les femmes n'avaient aucun statut juridique et étaient souvent exploitées par leur mari, leur père ou leurs fils, Françoise a su développer chez elles leur dignité en faisant valoir que dans leur nouveau pays, le Canada, elles avaient la même valeur que les hommes.

Françoise a vraiment été une pionnière de l'intégration des familles immigrantes dans le secteur Fournier et elle mérite toute notre admiration pour les graines de tolérance, de respect et de fierté qu'elle a semées au cours de toutes ces années chez nous.

Merci Françoise!

Écrire vos commentaires à Denise sur Françoise Lavoie!



20 janvier 2009 -- Le développement économique et l'eau

On apprenait aujourd'hui que Gatineau a délivré 5980 permis de construire pour une valeur de plus de 523 millions de dollars pour l'année 2008 comparativement à 5821 permis d'une valeur de 504 millions de dollars en 2007.

Par ailleurs, au plan provincial et fédéral, on nous rabâche sans cesse que le pays est en récession et cela se confirme aussi au niveau des mises en chantier où on note une forte baisse dans les secteurs résidentiel et non résidentiel pour les derniers mois de 2008 dans plusieurs régions métropolitaines sauf à Gatineau.

Il faut se réjouir de la force de notre développement économique qui repose beaucoup sur la croissance du marché immobilier. En 2008, nous avons construit près de 2500 nouveaux logements unifamiliaux ou multiples, ce qui confirme l'attraction de Gatineau pour les jeunes familles. Cependant, l'augmentation incessante de notre population amène le déplacement des services : par exemple, on a construit plusieurs nouvelles écoles, primaires et secondaires dans le secteur Aylmer au cours des cinq dernières années alors qu'on commence à en fermer dans le secteur Gatineau. Ceci représente un coût social important car il met une pression sur les services publics. En effet, avec l'explosion de nouveaux arrivants qui s'installent dans le secteur Aylmer, nous devons devancer l'agrandissement de l'usine de traitement d'eau potable à cet endroit et ceci représente des coûts importants.

Je suis d'avis que nous devrions faire plus d'effort afin d'économiser l'eau potable et donner des incitatifs à la population pour qu'elle adopte des mesures de restrictions face à sa consommation. Saviez-vous qu'une famille de 4 personnes consomme plus de quatre-cents litres d'eau potable par jour à Gatineau? Sur le continent africain, la même famille n'aura à sa disposition que vingt ou trente litres par jour pour répondre à ses besoins. La ville pourrait offrir un remboursement aux citoyens qui désirent acheter des toilettes à faible débit, par exemple.

Traiter l'eau n'est pas l'étape la plus coûteuse car, chez nous, le captage de l'eau en rivière est assez simple afin de la rendre potable. C'est plutôt sa distribution et la collecte et le traitement des eaux usées qui gonfle le budget lié à l'eau. Plus nous allongeons notre réseau d'égout et d'aqueduc, plus nous avons besoin de station de pompage pour que la pression soit suffisante pour la protection incendie et plus nous aurons besoin de construire de nouvelles casernes d'incendie afin de répondre adéquatement à la sécurité des nouveaux secteurs d'habitation. C'est une roue sans fin. Pensons-y lorsque nous choisirons notre lieu de résidence. Il en va de la notion de développement durable.

Écrire vos commentaires à Denise sur le développement économique et l'eau!



2 janvier 2009 -- Bonne Année 2009!

Bonne Année 2009!

Autour de la dinde et des canneberges, pendant les festivités de Noël et du Nouvel An, une question s'est retrouvée sur toutes les lèvres à chaque fois qu'on voulait faire le point avec moi sur mon implication politique au municipal : « Pis, Denise, te présentes-tu à la mairie? » Et invariablement, de répondre : « C'est déjà tout un contrat de représenter 8600 électeurs alors tu imagines toute la ville de Gatineau, non, vraiment, ce n'est pas pour moi »

Ceci étant dit, j'ai l'intention de briguer les suffrages de mes concitoyens du district de Hull-Val-Tétreau à l'élection du 1er novembre 2009. La carte de mon district va être modifiée car on va y ajouter le secteur du vieux Val-Tétreau en plus de l'Île de Hull que je représente déjà ainsi que le secteur Fournier. Le nombre d'électeurs que je vais solliciter va passer de 8600 à environ 9800. Au total, le nombre de districts électoraux va s'établir à 18 soit un de plus que lors des deux dernières élections. Ceci est dû à la croissance de notre population qui comptait en 2001, lors de la fusion, 221000 habitants alors qu'en 2009, nous en avons 250000.

Je considère que le prochain mandat sera déterminant pour le centre-ville de Gatineau car nous allons pouvoir enfin mettre en œuvre le programme particulier d'urbanisme spécifique au centre-ville pour lequel j'ai travaillé si fort au cours des derniers quatre ans. Alors je souhaite évidemment récolter les fruits de ce que j'ai si durement semé et pour cela je dois obtenir à nouveau la confiance de mes électeurs. Je compte aller vous rencontrer au cours de l'année 2009 pour avoir votre point de vue sur les questions qui vous préoccupent et pour trouver avec vous les meilleurs moyens de faire de Gatineau une ville où il fait bon vivre et où nous sommes fiers de ce que nous accomplissons ensemble. Pour cela, j'ai besoin de vous, de vos idées, de votre dynamisme, de votre support.

N'hésitez pas à me faire signe si vous désirez offrir vos services comme bénévole afin de participer à ma réélection. Il y a beaucoup de tâches à accomplir et nous saurons certainement mettre à profit vos habiletés et compétences en vue de notre victoire le 1er novembre 2009.

Écrire vos commentaires à Denise sur la Bonne Année 2009!


Archives du blog pour 2010!

Archives du blog pour 2008!

Archives du blog pour 2007!

Archives du blog pour 2006!



Haut 
Denise Laferrière
Conseillère municipale, District de Hull (8)
25, rue Laurier
Gatineau, QC J8X 3Y9
Tél.: (819) 595-7110 téléc.: (819) 595-7396
laferriere.denise@ville.gatineau.qc.ca